Selon le troisième baromètre benchmark Risques Entreprise en Iard de ce cabinet, un écart significatif persiste entre les attentes des courtiers et les prestations des porteurs de risques.

Les assureurs répondent-ils convenablement aux attentes des courtiers ? L’enquête conduite par Golder & Partners met en avant les demandes de ces distributeurs. Où l’on constate que ces derniers ont un besoin accru d’Extranets, d’assistance et d’inspecteurs, notamment chez les courtiers de proximité.

Plus généralement et par rapport à la dernière édition de cette étude biennale, les attentes principales restent les mêmes. Et portent sur trois thèmes récurrents : la réactivité de l’assureur par rapport à une demande ; la qualité du règlement de sinistre ; la compétence technique des interlocuteurs du porteur de risques. Selon Joël Golder, fondateur de Golder & Partners, « en plaçant à la première place la réactivité des assureurs, les courtiers montrent à quel point ils veulent aller vite dans un monde de l’assurance devenu fortement concurrentiel ; pour autant, la qualité de la gestion de sinistres reste également très importante parmi la vingtaine de critères retenus tant une efficacité en la matière fidélise le client. »

Du fait de leur petite taille, les courtiers de proximité (moins de six salariés) insistent sur la présence de produits standard pour les PME/PMI, le support des inspecteurs, la délégation de souscription à travers l’Extranet et la qualité des outils informatiques. De leur côté, les structures de courtage plus imposantes (plus de vingt salariés) mettent l’accent sur la compétitivité tarifaire, les besoins de souplesse et la capacité des assureurs à les accompagner à l’international, axe qui fait de plus en plus partie de leur stratégie à l’heure où le marché national est relativement saturé. Autre attente concrète et non des moindres, « la capacité de la compagnie à accepter de bonnes et moins bonnes affaires, qui devient un critère de plus en plus déterminant, ce qui, selon le fondateur de Golder & Partners, traduit « le besoin d’un partenariat équilibré avec l’assureur. »

Quid du niveau de rémunération du courtier ? Contre toute attente, il ne fait pas partie des priorités de ces intermédiaires qui ne travaillent pas pour le roi de Prusse.

Si elles mettent en avant le point de vue des courtiers, certaines réponses de cette enquête s’opposent parfois à celle des mêmes intermédiaires sur la qualité des Extranets courtiers réalisée chaque année par la CSCA. Des contradictions que nous mettrons en avant dans un article plus conséquent à paraître dans le prochain magasine Assurance & Banque 2.0, n°21).

Du reste, à ce jeu des attentes des courtiers et de la capacité des assureurs à y répondre le mieux possible, Liberty Mutual remporte, comme par le passé, la palme d’or. « Ce qui constitue un grand défi pour notre entreprise car nous devons sans cesse nous améliorer afin de garder notre place », déclare Olivier Muraire, directeur général France et Europe du Sud chez Liberty Specialty Markets.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine