Cette étude sur l’équité en santé, cinquième du genre, centre une nouvelle fois son projecteur sur le comportement des Français vis-à-vis de leur santé.

Parmi les enseignements relevés, « 80 % des Français pensent que les facteurs non comportementaux contribuent le plus au fait d’être en bonne santé. » Ainsi, les causes citées pour rester en bonne santé sont plus souvent l’alimentation pour les femmes (42 % des citations chez les femmes contre 33 % chez les hommes) ; ces derniers évoquent plus souvent l’activité physique (28 % des citations contre 22 % pour les femmes). Rapporté à la moyenne nationale, les 18-24 ans accordent moins de poids au patrimoine génétique (9 %) comme facteur de bonne santé, contrairement aux 65 ans et plus (29 %).

D’autre part, cette étude conjointe de la Fondation April et de l’Association des assurés April révèle que les Français sont moins nombreux à se faire dépister, une baisse en progression de 5 points en 2 ans. On est ainsi passé de 75 à 70 % de personnes déclarant réaliser les examens de dépistage recommandés. Par ailleurs, les personnes qui se sentent informées sur comment être et rester en bonne santé sont 72 % à déclarer se faire dépister, contre seulement 62 % pour ceux qui ne se sentent pas informés.

83 % des personnes interrogées  disent savoir ce qu’il faut faire pour être en bonne santé ; paradoxalement, ils sont seulement 51 % à s’informer sur la santé.

En outre, seuls 40 % des Français estiment être en partie responsables du déficit de la Sécurité Sociale. Ce résultat se maintient à son plus bas niveau depuis 2011 ; et montre que les Français se sentent moins préoccupés par le déficit de cet organisme. Parmi les dispositifs pouvant réduire le déficit, la proposition qui recueille le plus d’opinions favorables est de récompenser les bons comportements par un meilleur remboursement. Ce chiffre est passé de 55 % en 2012 à 62 % en 2015. Pour autant,  60 % des personnes interrogées ne souhaitent pas sanctionner celles ayant des comportements à risque en les remboursant moins.

Enfin, pour partir du bon pied en cette rentrée, la Fondation April préconise de bien manger, bouger et faire attention à son sommeil.

Méthodologie

Cette enquête a été réalisée par l’institut BVA pour la Fondation April et l’Association des Assurés d’April du 8 au 13 juin 2015, auprès d’un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Elle a été conduite par téléphone suivant la méthode des quotas : sexe, âge, profession de l’interviewé, région de résidence et catégorie d’agglomération.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine