Pour se différencier, les comparateurs multiplient les cartes marketing. Outre les actions publicitaires, beaucoup se lancent sur le terrain du conseil. A l’instar de LesFurets.com, Assurland actionne ce levier en proposant aux assurés une démarche pour palier un défaut de fuite en cas d’accident.

A défaut d’orchestrer des campagnes de marketing «coûteuses » selon Stanislas Di Vittorio, son président, le premier comparateur français de l’assurance actionne le levier du conseil. Tout comme certains de ses concurrents parmi lesquels LesFurtes.com (Cf. NL 14, 10/04/14). La filiale du groupe Covéa vient ainsi de publier un communiqué de presse destiné à l’accompagnement des internautes. Sa vocation, les conseiller sur la démarche à suivre au cas où il serait victime d’un délit de fuite, en cas d’accident. Partant de la même source que celle de son concurrent, à savoir Le Fonds de Garantie, Assurland constate une recrudescence du nombre de personnes roulant sans assurance : Cet organisme a enregistré 27 164 de dossiers de personnes qui seraient dans ce cas en 2013, soit une hausse de 28, 4 % en cinq ans. En fait, 1 à 2 % de conducteurs rouleraient sans protection et sont impliqués dans 6 % des décès provoqués par des accidents de la route. Face à de tels risques, quelle marche suivre ? Assurland rappelle la nécessité de « porter, plainte que le conducteur ait pu relever l’immatriculation du véhicule ou non, auprès d’un commissariat ou d’une gendarmerie. »

Plus généralement, en cas de délit de fuite, le comparateur conseille à la victime de rassembler les témoignages et preuves matérielles, ce qui peut conforter le dossier de l’assuré. Un constat doit être rempli et signé, même si la partie adverse s’est volatilisée. Il s’agit de renseigner sa partie, indiquer l’identité des éventuels témoins et envoyer par lettre recommandée à l’assureur, dans les cinq jours suivant l’accident, la déclaration réalisée.
Quelles conséquences en cas de fuite ? Là également, Assurland apporte un éclairage aux internautes. Où l’on apprend que le propriétaire d’un véhicule assuré tous risques sera en principe dédommagé ; pour autant, une franchise pourra lui être exigée. En cas d’assurance au tiers, l’internaute victime d’un délit de fuite devra se retourner vers le Fonds de Garanties qui pourra uniquement prendre en charge l’indemnisation des frais d’accident corporel (blessures ou décès). En revanche, si le conducteur adverse est identifié et n’a pas procédé à une déclaration de sinistre, il sera considéré comme entièrement responsable. S’il est identifié, et a effectué une déclaration à son assureur, une responsabilité partagée peut être décidée par les deux assureurs.

En fait, l’assuré victime doit nécessairement prendre les précautions nécessaires afin d’éviter les dérives d’une situation dont il ignore parfois les subtilités. D’où la nécessité pour Assurland de l’accompagner avec des éclairages pratiques.
Au-delà de cette démarche d’information, force est de constater que le comparateur entend jouer également une carte marketing en développant davantage le trafic de son site de comparaison, ce qui élargit les chances de voir les visiteurs multiplier les cotations et donc le potentiel à faire signer de nouvelles affaires.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine