1352541_81666385Le distributeur  grossiste propose aux 100 000 salariés de la restauration rapide un contrat d’assurance santé. Une offre qui s’adresse aux 52 000 entreprises présentes sur ce secteur d’activité.

A travers sa filiale Entreprise Prévoyance, le grossiste propose aux acteurs de la restauration rapide un contrat d’assurance santé. Une façon d’apporter une réponse concrète aux 52 000 entreprises de cette niche, confrontées à la nécessité de proposer, avant le 30 juin prochain, un contrat santé à leurs salariés.

April  Entreprise Prévoyance, qui est spécialisée sur la couverture de la santé et de la prévoyance, portera cette nouvelle offre baptisée Santé Restauration Rapide. Il s’agit d’une solution clé en main  offrant aux collaborateurs de ce secteur la possibilité d’opter pour un niveau de couverture supérieur à celui prévu par l’employeur. Tenant compte de la réalité économique de cette niche émaillée d’assurés à faible revenus, APRIL Entreprise Prévoyance leur propose un socle de base très compétitif.

Du côté des courtiers membres du réseau d’April,  l’offre conçue par APRIL Entreprise Prévoyance a la particularité d’être associée à un ensemble d’outils d’aide à la vente. Les distributeurs ont ainsi accès à des supports de communication et de prospection clés en main. En complément, ils ont accès à un tarificateur en ligne et à un site Internet dédié pour générer des contacts qualifiés et valoriser les avantages de l’offre.

Dans un contexte de l’assurance santé marqué par a généralisation de l’ANI (Accord national interprofessionnel), cette offre devrait permettre à April Entreprise Prévoyance de jouer un rôle important dans la redistribution des cartes qui va s’opérer sur le terrain du fait de cette innovation réglementaire. On le sait, elle provoque de vives inquiétudes du côté des courtiers. La Chambre syndicale des courtiers en assurance (CSCA) incite ainsi la profession à monter au créneau. Selon elle, « l’accord du 11 janvier 2013 sur la sécurisation de l’emploi avait posé le principe de la liberté de choix de l’assureur complémentaire santé par l’entreprise. L’avant-projet de loi transmis par le gouvernement le 11 février au Conseil d’Etat fait machine arrière. Il prévoit en effet la clause de désignation avec un risque avéré de migration obligatoire. La CSCA vous invite à vous mobiliser pour changer la rédaction du texte et respecter l’accord paritaire signé ». Dans la foulée de la présentation du projet loi en conseil des ministres, la CSCA a réitéré son appel à la vigilance.

Photo: FreeDigitalPhoto.net  

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine