Cible privilégiée de tous les acteurs de l’assurance, les pros sont scrutés de près comme de loin. Un nouvel observatoire, fruit des travaux du courtier grossiste avec IFOP, vient compléter le regard que la profession porte sur ces décideurs.

Cette enquête, première du genre, est centrée sur le thème « Chômage des indépendants et chefs d’entreprise : mythe ou réalité ? » Elle a été a mené auprès des chefs de petites entreprises et travailleurs indépendants. L’objectif est de mieux connaître leur état d’esprit d’un point de vue personnel mais aussi professionnel.

Sur la problématique principale retenue, en l’occurrence le chômage, l’observatoire révèle des enseignements sur la perception des dirigeants à l’égard d’un tel accident de la vie difficile à gérer. Et permet de mieux cerner la réalité complexe des chefs d’entreprise, leurs motivations, craintes, leur appréhension du chômage, sans oublier leur capacité à rebondir, et leur niveau d’information en termes d’indemnisation.

Premier point, le niveau de moral de ces acteurs est plutôt bas : il se situe en moyenne à 6,3 sur le plan personnel et à 6,0 au niveau professionnel. Une note généralement considérée comme satisfaisante se situe entre 7 et 10 sur ce type d’échelle. 46 % des dirigeants de TPE et indépendants voient l’avenir avec optimisme, 34 % d’entre eux se disent même confiants, et 22 % s’estiment même enthousiastes. Cet état d’esprit varie selon l’âge du dirigeant et celui de l’entreprise. Les jeunes dirigeants (moins de 40 ans) et les femmes restent les plus optimistes puisque ces 2 catégories obtiennent respectivement la note de 7,1 et 6,6 sur le plan personnel, et 6,7 et 6,3 sur le plan professionnel.

Parallèlement, 52 % des dirigeants se disent pessimistes et redoutent la précarité financière. Ainsi, l’arrêt de l’activité s’avère une crainte plus forte chez certaines populations telles que les femmes (44 %), ou les quadragénaires pour lesquels l’âge de la retraite est encore loin et une éventuelle reconversion difficile à envisager.

10 % des chefs d’entreprise ont déjà connu une situation de chômage au cours de leur carrière en tant que dirigeants. Parmi eux, 53 %, ont pu retrouver un emploi en moins de 3 mois. Selon Roger Mainguy, directeur général d’April Santé Prévoyance, « les dirigeants ont la crainte de se retrouver dans une situation précaire mais ne pensent pas au chômage… Pourtant, le risque existe bel et bien, et l’assurance chômage peut permettre de pallier ces situations inconfortables et ainsi offrir aux dirigeants la possibilité de prendre le temps nécessaire pour redéfinir un nouveau projet. Nous y avons d’ailleurs tous intérêt : ce sont en effet les PME et TPE qui dynamisent l’emploi aujourd’hui en France »

Méthodologie : l’étude a été réalisée par IFOP pour April du 1er au 18 septembre 2015. Elle a d’abord été menée par téléphone sur un échantillon principal représentatif de 401 dirigeants d’entreprises, de 0 à 20 salariés. Puis, dans un second temps, auprès d’un échantillon complémentaire de 53 dirigeants d’entreprises de 0 à 20 salariés, actuellement au chômage ou l’ayant été au moins une fois durant ces cinq dernières années.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine