La finalité de cette étude réalisée par le groupe Alptis et l’Unep en partenariat avec Molitor Consult et l’Agefi Actifs est de cerner les attentes et besoins des clients de CGPI – chefs d’entreprise, professions libérales, cadres en termes de prévoyance. Et évaluer le potentiel des économique des CGPI sur ce marché.

Elle a été réalisée en deux volets. Et s’intéresse, d’une part aux clients de CGPI et, d’autre part, aux CGPI eux-mêmes.  Côté clients, le baromètre  révèle que 48,7 % des clients de CGPI estiment ne pas avoir assez d’information, de la part de leur conseiller, dans le domaine de la prévoyance. D’autre part, 91,8 % n’ont jamais réalisé de bilan de prévoyance et n’ont, de ce point de vue, pas assez d’éléments précis leur permettant de savoir si leur couverture est adaptée à leur protection et à celle de leur famille, en cas de coup dur.

Les CGPI tout à fait légitime en prévoyance individuelle

Parallèlement,  cette enquête montre que les clients de CGPI sont plus de 42 % à penser que leur CGPI est tout à fait légitime et crédible pour leur proposer des produits de prévoyance individuelle. Ce taux monte à 52 % pour les professions libérales et même à 54,7 % pour les chefs d’entreprise.

Par ailleurs, 66 % des clients affirment que leur conseiller ne leur a jamais proposé de produit de protection patrimoniale. Et ils sont 58 % à se dire intéressés ou très intéressés par le fait que leur conseiller se développe sur le terrain de la prévoyance. Quant aux chefs d’entreprise, ils sont 70 % à souhaiter le développement de cette expertise et de cInfographie_CGPI (14)e conseil par les CGPI.

Parmi les thèmes abordés par cette enquête, celui de la dépendance. Même s’ils ne savent pas comment financer ce risque, la prise de conscience de cette problématique apparaît clairement comme sujet de préoccupation pour 89,6 % des clients de CGPI. Le thème du mode de financement les interpelle fortement, qu’ils soient chefs d’entreprise, cadres ou professions libérales. 63,5 % parmi eux reconnaissent qu’ils ne savent pas comment financer ce risque de perte d’autonomie. « Ce qui laisse donc une large place aux opérateurs et à leurs relais pour proposer à ces populations des solutions pour se couvrir en vue du vieil âge », commentent les réalisateurs de l’étude.

Quid de la retraite ? Elle est considérée par 96,2 % des clients des CGPI comme une échéance liée à la prévoyance, et non à l’épargne. Les attentes et la demande de conseil sont importantes pour cette thématique également.

 

Du reste, les freins au développement de l’activité prévoyance invoqués par les CGPI ne changent pas d’une année sur l’autre. Ils expliquent pour partie leur faible présence sur ce marché. Mais la volonté de changer, d’évoluer est perceptible : 84 % des CGPI considèrent la prévoyance comme un axe de développement pour leur cabinet et 44 % affirment détenir une bonne, voire une très bonne connaissance du marché de la prévoyance. Le tiercé de tête des produits qu’ils proposent à leurs clients reste composé de contrats Madelin, de l’assurance emprunteur et d’assurances décès. En fait, 97 % estiment que la prévoyance doit s’intégrer dans une approche patrimoniale globale. Cela dit, « la part que la plupart d’entre eux consacrent au conseil et à la vente de solutions de protection est toujours faible au regard du potentiel », conclut l’enquête

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine