RPA

Selon cette étude, ils sont fiers, plutôt heureux, mais déçus par le gouvernement et inquiets pour l’avenir

Commandé à l’occasion du Forum National des Associations et des Fondations, par le Groupe AÉSIO, spécialiste de l’assurance de personnes qui réunit trois mutuelles (Adréa mutuelle, Apréva mutuelle, Eovi Mcd mutuelle) très présentes sur les territoires aux côtes de nombre d’associations, lance le 1er baromètre du moral des directrices et directeurs d’association. Alors que nombre d’études existent sur les salariés de l’ESS ou sur les chefs d’entreprise, il semblait pertinent de s’intéresser à ces hommes et femmes qui managent aujourd’hui plus de 1,5 million de salariés répartis dans les 150 000 associations qui maillent le territoire français. Le sondage a été réalisé par l’institut OpinionWay en partenariat avec l’ESSEC.

Selon les résultats de ce 1er baromètre des dirigeants d’association (incluant DG, DAF, DRH), il s’agit des « chefs d’entreprise » pas comme les autres, qui doivent combiner intérêt général et équilibre financier, gouvernance bénévole et équipe de salariés, ressources propres et financements publics… Pour autant, ce sont des femmes et des hommes qui aspirent, comme tout un chacun, à un bon équilibre vie professionnelle/vie personnelle, à un projet de carrière motivant et à une juste reconnaissance de leur engagement professionnel.

Or, les chiffres dévoilés par ce baromètre montrent que, si l’enthousiasme des directeurs et directrices d’association vis-à-vis de leur métier est exceptionnel, les conditions de travail et la rémunération ne sont pas toujours à la hauteur de cet engagement.

Les résultats du baromètre montrent un très fort niveau de fierté et de satisfaction des dirigeant(e)s d’association pour leur métier : ainsi 98 % des directrices et directeurs d’association sont fiers de travailler dans ce secteur d’activité ; 99% ont plaisir à venir travailler le matin et ne voient pas le temps passer au travail. 94% recommanderaient à d’autres personnes de venir travailler dans leur secteur d’activité ; 88% estiment que la quantité de travail leur permet d’avoir un bon équilibre vie professionnelle / vie personnelle.

Pour autant, les personnes interrogées expriment des aspirations partagées par nombre de salariés du secteur lucratif, à commencer par le niveau de salaire et la formation : au cours des 2 dernières années, 2/3 des dirigeants n’ont connu aucune augmentation de salaire et 56% n’ont bénéficié d’aucune formation.

Si leur moral est globalement positif, des nuages planent dès que l’on aborde l’aspect financier qui représente, de loin, le premier sujet d’inquiétude des dirigeants associatifs. Consolider l’existant, miser sur la diversification ou l’accroissement de l’activité́, l’équation est d’autant plus difficile à résoudre quand les marges de manœuvre sont limitées.

Si 82% des dirigeants d’association se disent confiants sur les perspectives de leur structure, 43% le sont beaucoup moins quant à l’avenir du secteur de l’ESS et 37 % de celui de l’économie française.

L’inquiétude se manifeste surtout vis-à-vis des pouvoirs publics, plus spécifiquement de la politique associative menée par le Président de la République et le gouvernement : 62% estiment que cette politique n’est pas ambitieuse, 71% qu’elle ne respecte pas les engagements pris par Emmanuel Macron pendant sa compagne électorale, et 78% qu’elle ne produira pas d’effet positif pour le développement associatif.

Les directrices et directeurs d’association expriment 3 priorités claires pour l’avenir : la sécurisation du financement de leur structure : pour 63% d’entre eux (chiffre qui grimpe jusqu’à 87% dans les structures de plus de 100 salariés), c’est ce qui leur permettrait de renouer le lien de confiance et d’exercer leurs fonctions dans de meilleures conditions ; la formation : pour faire face aux mutations sociétales, les dirigeant(e)s ont besoin d’être davantage formé(e)s, en particulier dans les domaines suivants : la gestion (22%), le juridique (19%) et le numérique (15%) ; un accompagnement sur les évolutions sociétales à venir : les personnes interrogées sont en attente d’informations sur les thématiques sociétales auxquelles elles sont confrontées sur le terrain, comme les mutations du travail, le vieillissement de la population, etc.

Méthodologie

Cette étude a été réalisée par OpinionWay auprès d’un échantillon représentatif de 503 dirigeant.e.s associatifs. La représentativité est assurée sur les critères de taille et de secteur d’activité de l’établissement. Les directeurs ont été interrogés par téléphone sur système CATI (Computer Assistance for Téléphone Interview) par la société Prestance. L’enquête s’est déroulée du 06 au 20 septembre 2018. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine