Commerce mobile

La fonction paiement, jadis apanage exclusif des banques est en pleine mutation. ACI Worldwide, leader international dans la fourniture de solutions de paiement électronique et bancaire en temps réel, fait le point sur les grandes tendances de la nouvelle année en matière de modes de paiement.

Que nous réserve le cru 2018 ? Les systèmes de paiements vont devenir un élément incontournable de toute stratégie commerciale. Cinq modes de paiement émergent en 2016.

Le Paiement par téléphone mobile semble s’imposer progressivement et on ne pas y échapper. Il va même se généraliser en 2018, estime ACI. Alors que les systèmes de portefeuilles mobiles prennent de l’ampleur dans le monde entier, les commerçants sont confrontés à un choix simple : mettre leur stratégie commerciale à niveau ou se laisser distancer. Dans de nombreux pays en Asie et en Amérique latine, les portefeuilles mobiles sont déjà le principal système de paiement.

le paiement par téléphone s’impose de plus en plus

Des consommateurs chinois ont adopté presque exclusivement le système de paiement par téléphone. Dans la mesure où les clients souhaitent aujourd’hui acheter des biens et services depuis n’importe quel endroit et à n’importe quel moment, le téléphone mobile se place au cœur d’un système de consommation émergent dans le monde entier. Offrir l’expérience la plus sécurisée et la plus agréable en matière de paiement sera décisif pour le succès commercial en 2018.

Le péril jaune vient d’Alipay et de WeChat qui s’éveillent

Les consommateurs ne veulent pas seulement payer depuis n’importe quel endroit, ils veulent aussi utiliser des systèmes de paiement qu’ils connaissent et apprécient. « L’invasion » européenne d’Alipay et WeChat en est la meilleure illustration. En un peu plus de cinq ans, ces deux plates-formes digitales ont révolutionné le système de paiement en Chine et permis à des centaines de millions de consommateurs chinois de passer de l’argent liquide au paiement électronique.  Un grand nombre de grands magasins européens, parmi lesquels Selfridges, Harrods au Royaume-Uni ou les Galeries Lafayette en France, ont également adopté Alipay et WeChatPay. Les chiffres montrent que les voyageurs chinois dépensent plus que toute autre nationalité lorsqu’ils séjournent à l’étranger. Compte tenu du volume de ce groupe de consommateurs, si les commerçants européens ne développent pas de stratégie d’intégration de ces nouvelles formes de paiement, ils prennent le risque de passer à côté de très belles opportunités. ACI Worldwide anticipe la confirmation de cette tendance et accompagne ses clients pour qu’ils acceptent plus facilement les moyens de paiement des consommateurs chinois.

Le marché des paiements par téléphone devrait doubler au cours des cinq prochaines années

Nombreux sont les consommateurs qui dépensent plus de temps et d’argent sur leur téléphone que sur leur ordinateur ou dans les magasins. Les opérateurs de télécommunication (communément appelés « Telco »), facilitent ce mouvement en ne facturant en moyenne que 3 % des dépenses des consommateurs ! Si l’on ajoute à cela les OTT, nouveaux entrants proposant des services hors des opérateurs de réseau traditionnels, qui menacent les flux de revenus traditionnels des Telco, il devient clair que les opérateurs de réseau mobile et les MVNO (opérateurs virtuels de réseau mobile) doivent comprendre comment consolider une part de marché rentable et récurrente dans un avenir connecté.

Selon une analyse d’ACI Worldwide et de Red Dawn Consulting, le marché des paiements par téléphone devrait doubler au cours des cinq prochaines années et les Telco pourraient multiplier leurs revenus minimum par quatre d’ici 2022.

Cependant, seuls les opérateurs prêts à faire bouger leurs lignes (mobiles) seront en mesure de profiter de cette opportunité à treize milliards d’euros. Il leur faudra comprendre comment répondre aux besoins des consommateurs en termes de vitesse, de confort et de sécurité. Ceux qui feront de leur entreprise un hub pour le marché numérique, adapté au téléphone portable, seront en première ligne.

Attention au risque de fraudes qui vont s’attaquer aux maillons faibles

Même si elle n’est que numéro quatre sur cette liste de tendances à surveiller, il va sans dire que la fraude doit être au sommet des préoccupations de tous les commerçants. Alors que l’industrie ajoute toujours plus de canaux, ouvrant et élargissant les possibilités pour une cible qui désire payer en direct, en temps réel et sans frontière, les fraudeurs s’attaqueront en premier aux « liens les plus faibles ». De très récentes analyses d’ACI montrent que cette année, les tentatives de fraudes vont augmenter de 30 % pendant la saison des fêtes. Le vol d’identité via le piratage de données, le hacking de compte (y compris les attaques de phishing) ou encore la « friendly fraud » (les comportements frauduleux de la part des consommateurs afin de payer moins cher) constituent toujours de très gros défis pour les consommateurs et les vendeurs. La mise en place de systèmes de prévention et de protection avancés devient évidemment une nécessité absolue.

PSD2 et authentification : dernières normes techniques de réglementation en vigueur en 2018

Il y a quelques semaines, la Commission Européenne a annoncé les dernières normes techniques de règlementations de la directive PSD2 qui entreront en vigueur en 2018. Parmi les recommandations les plus controversées figure la demande faite aux prestataires en service de paiement de renforcer leurs procédures d’authentification. Les régulateurs souhaiteraient en effet que deux étapes d’authentification deviennent nécessaires pour chaque transaction. Il apparaît que la notion de paiement simple et rapide relève de l’ordre du fantasme dans le monde de la PSD2. Les PSP pourraient en être exemptés à condition qu’ils aient développé des moyens d’évaluer le risque des transactions et d’identifier les comportements frauduleux. Les paiements sans contact et les transactions de faibles montants pourront également déroger à la règle. Sur ce point, ACI Worldwide s’attend à un grand débat en 2018 et au-delà sur la nécessité d’une authentification forte et les lourdeurs engendrées par ces nouvelles mesures.

 

 

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine