Dans le cadre de leurs travaux de réflexion sur la transposition de la directive distribution assurance (DDA) et sur l’avis technique relatif à la gouvernance des produits diffusé par l’EIOPA, les grossistes de ce syndicat prennent position par rapport à leur rôle de grossiste à assumer dans le cadre de la nouvelle règlementation.

 Pour PLANETE COURTIER, « la conception de produits fait partie de l’ADN du courtier grossiste car il est avant tout un concepteur ou un co-concepteur des produits qu’il commercialise. » Un rôle que promeut Planète courtier et qui s’étend sur ses trois autres métiers fondamentaux du courtier grossiste en assurance : souscription, animation et gestion.

Et Planète courtier de rappeler : « Depuis l’entrée en vigueur de Solvabilité 2, et pour certains, bien avant, les courtiers grossistes ont intégré dans leurs organisations des compétences actuarielles, marketing et juridiques qui leur permettent d’élaborer des offres pertinentes, de les proposer aux porteurs de risques et ensuite de les suivre par un pilotage technique sur mesure. »

De même, la proximité des courtiers grossistes avec leurs réseaux, leurs modes de collaboration notamment technologiques, sont des gages incontestables de réussite et de sécurité à prendre en considération dans le cadre des nouvelles relations que devront entretenir les concepteurs et les distributeurs.

Pour le syndicat, « en reconnaissant la possibilité au courtier d’avoir la qualité de concepteur ou de co-concepteur des programmes qu’il propose, la nouvelle directive  permet au courtier grossiste de revendiquer et d’afficher cette qualité de concepteur exclusif ou de co-concepteur d’un produit. » Pour autant, cette reconnaissance donnera de nouvelles responsabilités qui incomberont notamment aux concepteurs ; en particulier à travers le POG (Product Oversight & Governance) document qui sera rédigé par le concepteur du produit (processus de validation du produit concerné ; stratégie de distribution prévue ; adéquation de la distribution avec le marché cible ; processus de révision du produit ; informations des distributeurs etc…).

Les courtiers grossistes sont en mesure d’assumer pleinement ces nouvelles responsabilités. De même, ils sont aussi en capacité d’éviter les risques de raréfaction ou de standardisation des offres que pourraient engendrer cette nouvelle règlementation et continueront à maintenir sur le marché français une pluralité d’offres adaptées au plus proche des besoins des consommateurs, tout en apportant le niveau de sécurité attendu par le législateur.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine