L’étude de l’Olivier assurance-auto remettrait-elle les pendules à l’heure ? En tout cas, elle met à mal les clichés souvent mis en avant quand il s’agit de qualifier les porteurs de risques.

Voleurs, menteurs, trop chers, injoignables, etc. Tels sont les qualificatifs auxquels ont toujours eu droit les assureurs. L’étude de l’Olivier-assurance auto a posé les questions qui fâchent en vue de savoir les attentes des assurés, recueillis par l’institut de sondage YouGov.

Résultats, une relation sereine caractérise les interactions assureurs-assurés auto puisque 77 % des Français sont satisfaits de leur assureur automobile. Ces consommateurs sont de plus en plus avertis car 35 % parmi eux estiment que comme tout autre produit, il faut se renseigner avant d’acheter une assurance. Quid du prix ? Il reste la préoccupation principale et de ce point de vue, 75 % des interrogés seraient plus satisfaits « si les tarifs étaient moins élevés. »

A propos des clichés proprement dits, 43 % des Français considèrent leur assureur auto comme un accompagnateur. Pour 11 % des interrogés ayant souscrit une assurance en ligne, il s’agit même d’un facilitateur. Ce qui éloigne des qualificatifs habituels de « voleur » (5 %), « manipulateur » (5 %), « menteur » (3 %) que l’on entend souvent lorsqu’il s’agit d’assurance.

En, fait, plus de 75 % des Français ayant souscrit une assurance automobile se disent satisfaits (77 % dont 30 % se déclarant tout à fait satisfaits). 68 % d’entre eux emploient des qualificatifs positifs à l’égard de leur assureur auto et 29 % des interrogés déclarent n’avoir aucun reproche à leur faire.

Clairement, les moins satisfaits sont dans la tranche d’âge des 18 à 24 ans (9 %), ce qui peut s’expliquer par des primes annuelles plus élevées dues à leur statut de jeune conducteur.

Cela dit, beaucoup reste à faire. 75 % des interrogés seraient plus satisfaits « si les tarifs étaient moins élevés ». 36 % reprochent même à leur assureur d’augmenter leurs tarifs d’année en année. Viennent ensuite « les franchises trop élevées » pour près d’1/3 des Français (31 %). Un chiffre qui témoigne de l’attachement persistant des assurés au montant de leurs franchises, « pas forcément le meilleur calcul à faire quand on sait que peu d’assurés se trouvent confrontés à cette dépense », observe Sophie Neyraud, responsable sinistres chez L’olivier – assurance auto.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine