Le marché de la prévoyance progresse en 3 ans, porté par le souhait de protéger sa famille en cas d’imprévu. La dimension financière constitue cependant le 1er frein à la souscription auprès des non clients, tandis que les clients bien que plutôt satisfaits attendent des optimisations sur certains services ou caractéristiques de leurs contrats.

La prévoyance, un marché dynamique

Plus de 4 Français sur 10 souscrivent un contrat de prévoyance à titre personnel, une part en hausse en 3 ans, les GAV demeurent les plus présentes, détenues par ¼ des Français. Davantage de non clients se sont renseignés sur la prévoyance cette année , un évènement familial (décès, invalidité) étant bien souvent à l’origine de cette prise de renseignements (notamment garanties décès & PTIA ainsi que dépendance).

2 non clients sur 10 déclarent avoir l’intention de souscrire un contrat de prévoyance à l’avenir, une part d’intentionnistes stable vs 2014. Les GAV sont à nouveau les contrats de prévoyance les plus envisagés cette année devant les garanties obsèques et décès & PTIA qui progressent en 3 ans. Auprès des non intentionnistes, outre la dimension financière, le frein repose aussi sur le sentiment d’être déjà couvert.

Ce sont les assureurs / mutuelles déjà présents dans le foyer qui sont les plus consultés, l’élargissement de la couverture client se plaçant dans le top 3 des éléments les plus influents. L’agent général / courtier est un interlocuteur majeur et a un rôle décisif dans la décision de souscrire, devançant la recommandation de l’entourage. Ainsi, l’agence physique demeure le canal de souscription privilégié par plus de la moitié des clients et serait envisagé par près de 2/3 des intentionnistes. La disponibilité du conseiller et son accompagnement à travers la qualité des échanges et ses conseils est également un des facteurs clés de la fidélité et de non résiliation du contrat.

Quid des garanties prévoyance au global ? Les opportunités stratégiques portent sur les faiblesses principales, à savoir les caractéristiques jugées importantes par les clients mais moins satisfaisantes que la moyenne : la perception d’une rente mensuelle, le versement du capital dès la reconnaissance du risque et en cas de maladie grave ainsi que l’aménagement du logement et de la voiture de l’accidenté, l’aide au conjoint et le répit de l’aidant. Des éléments qui diffèrent selon le type de garantie.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine