telemedecine

Selon une enquête de cette institution, plus de 80 % de ses adhérents seraient prêts à recourir à cette technologie. Les résultats de cette étude ont été publiées dans le cadre d’un colloque au Sénat sur le thème de « la télémédecine dans les territoires ».

Cette enquête a été réalisée en synergie avec le Club de réflexion sur l’avenir de la protection sociale (Craps) et la Société française de télémédecine (SFT-Antel). Sa vocation, évaluer la perception de la télémédecine par les adhérents d’Intériale en métropole et dans les départements et territoires d’outre-mer (DOM-TOM). On le sait, cette pratique ancienne peine à trouver des applications en grandeur nature sur le terrain.

L’étude montre que la télésurveillance médicale apparaît comme la forme de télémédecine qui enregistre le plus d’intentions de recours : 82 % en métropole et 89 % dans les DOM-TOM. Viennent ensuite le téléconseil (65 % dans un cas et 77 % dans l’autre) et la téléconsultation (53 % et 66 %).

Pourtant, dans la réalité, le recours effectif à la téléconsultation reste très peu expérimenté (seulement 3,5 % des répondants en métropole et 5,7 % dans les DOM-TOM. Quant aux chiffres liés à la télésurveillance, ils sont de 3,7 % en métropole et 8 % dans les DOM-TOM.

Comme l’explique Intériale, la téléconsultation se heurte à plus de freins car elle implique probablement un diagnostic plus fin que celui attendu dans le cadre d’une surveillance ou de conseils. A cela s’ajoute la limite économique liée au coût d’une téléconsultation, à savoir 28 euros par l’expérimentation prévue par la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2014. Une charge considérée comme lourde par 52,9 % en métropole, et par 42,8 % dans les DOM TOM.

Plus généralement, pour les trois formes de télémédecine étudiées, le frein le plus évoqué est l’absence de contact direct avec le médecin (71,7 % de suffrage en métropole et 66,6 % dans les DOM-TOM, suivi de la crainte que le médecin en ligne n’ait pas le dossier médical complet (38,2 % et 40,1 % des réponses), et que la consultation soit de moins bonne qualité (37,2 % et 33,8 %). La peur d’une défaillance technique constitue également un motif significatif de non-recours, à 35 % en métropole et 41,5 % dans les DOM-TOM.

Quid des motifs du recours à la pratique de la télésurveillance ? Le gain de temps, cité par 44,5 % des adhérents de la mutuelle en métropole et 57,8 % dans les DOM-TOM, un meilleur suivi entre deux consultations (cité à 49,4 % en métropole et à 56,1 % dans les DOM-TOM) et la réduction du nombre de déplacements (respectivement 44,3 % et 50,2 %) dominent le débat.

Cela dit, la place de la télémédecine dans les cinq à dix ans à venir est jugée « importante » par plus de 70 % des répondants relativement à la transmission, en radiologie, d’une image à un spécialiste, pour le suivi sur place d’un patient âgé par téléconsultation et pour le « suivi des premiers jours post opératoires » en chirurgie simple et ambulatoire.

Méthodologie

Cette enquête a été réalisée par e-mail entre les 5 et 19 octobre 2015, auprès d’un échantillon de 10 000 adhérents vivant en métropole et de 3 504 adhérents vivant dans les DOM-TOM. 774 métropolitains et 230 adhérents des DOM-TOM ont répondu au questionnaire.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+


Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine