IOT2

Selon une enquête de cet acteur, il aura suffi trois années pour que ces composants commencent à trouver leur place dans l’éco-système de l’assurance.

D’après le rapport d’Accenture intitulé « Repenser la distribution d’assurance » 45 % de porteurs de risques estiment que l’assurance connectée sera à la source de nouveaux revenus au cours des trois prochaines années. On assiste à une forte accélération du développement de nouveaux produits d’assurance liés aux objets connectés, même si la télématique embarquée dans l’automobile s’arroge encore la part du lion.

Il y a deux ans, « …seules quelques-unes projetaient d’investir dans l’IoT pour des projets liés à la maison ou aux bâtiments (14 % des assureurs sondés), au bien-être ou à la santé (10 %) ou à d’autres technologies connectées « à porter sur soi » (4 %). Cette année, ces chiffres ont plus que triplé : quatre assureurs interrogés sur dix affirment avoir lancé une offre ou un pilote reposant sur des objets connectés : la maison / les bâtiments (pour 39 % des assureurs sondés), le bien-être / la santé (39 %) et d’autres technologies connectées « à porter sur soi » (37%).

En fait, pour cette enquête d’Accenture, « 45 % des assureurs français ont davantage investi en 2015 dans le développement de nouvelles offres liées aux objets connectés dans le domaine de la maison et du bâtiment et 41 % du bien-être et de la santé plutôt que dans d’autres technologies à porter sur soi comme les montres intelligentes (24 %). » En fait, près de la moitié des assureurs ont déjà lancé des pilotes ou des projets Analytics, Big data ou capitalisant sur les Open Data, et 58 % (42 % en France) d’entre eux déclarent que à la capacité à exploiter le potentiel de l’Analytics dans les points de vente est clé. Comme l’explique explique Jean-François Gasc, directeur exécutif chez Accenture Strategy, « l’analyse prédictive des données recueillies par le biais des objets connectés permet à un assureur d’être plus proche de ses clients et de leur offrir des produits et services mieux adaptés à leurs besoins. L’Internet des objets offrent une abondance de données sur les comportements et les préférences des consommateurs. Les assureurs qui seront capitaliser sur cette nouvelle manne d’information se créeront un avantage concurrentiel leur permettant d’offrir des services hautement personnalisés et s’adaptant en temps réel aux nouveaux besoins et attentes du client. »

 

Par ailleurs, pour cette enquête, l’utilisation d’appareils connectés pour créer des couvertures d’assurance plus personnalisées figure parmi les priorités des assureurs pour augmenter leurs revenus au cours des trois prochaines années. Les porteurs de risques seraient en train d’adopter des approches centrées clients pour créer des services fondés sur des besoins – plus de la moitié (59 %) d’entre elles voit même une urgence à mettre en œuvre un modèle centré sur les consommateurs pour rester compétitif à l’avenir. Passer à une approche de vente axée sur les besoins est une priorité absolue pour 63 % des assureurs, et ces derniers voient dans les solutions analytiques avancées un levier clé pour y parvenir.

52 % des assureurs envisagent de mettre en place un processus de vente totalement digitalisé au cours des trois prochaines années. Pour autant, 25 % seulement disposent déjà d’un tel dispositif. A contrario, seuls 20 % annoncent n’avoir aucune intention ou projet de mettre en place un processus de vente entièrement digitalisé. 32 % des devis d’assurances dommages sont réalisés via des canaux digitaux – contre 27 % en assurance vie. Les assureurs, prévoient une augmentation de l’ordre de 10 points des devis digitaux au cours des trois prochaines années. Une tendance qui s’applique également au marché TPE – PME pour lequel les assureurs s’attendent à ce que 38 % de leurs devis et 24 % de leurs souscriptions s’effectuent en ligne dans les trois prochaines années. Près de la moitié (46 %) des assureurs vie indiquent qu’ils attribuent toujours un agent à un client, même lors de souscription en ligne.

Outre le développement des transactions en ligne, les assureurs doivent repenser le rôle confié à leurs réseaux de proximité. Dans cette logique, 63 % des assureurs souhaitent qu’ils se focalisent sur les étapes du processus commercial où ils peuvent apporter le plus de valeur ajoutée, comme le conseil et la vente croisée des produits complexes ou à forte marge. Ainsi, 79 % des assureurs revisitent leurs modèles de rémunération et repensent leur modèle de distribution, afin de l’adapter à leur approche multicanale, tout en recentrant les compétences de leurs nouvelles recrues sur la capacité à effectuer des ventes croisées (50 %), la capacité à conseiller sur des produits complexes (48 %) et enfin la capacité à construire une relation forte avec les clients (48 %).

Méthodologie

Pour cette enquête, Accenture a interrogé 414 cadres dirigeants d’assureurs en Europe, en Amérique et en Asie. Objectif : déterminer comment ils transforment leur modèle de distribution pour améliorer l’engagement de leurs clients et satisfaire leurs attentes. Les questionnaires ont été conduits en ligne ou par entretien. Et ont eu lieu entre juin et septembre 2015. Les personnes sondées étaient principalement des cadres dirigeants et des directeurs des ventes, de la distribution, du marketing, de la stratégie digitale dans des compagnies proposant des assurances individuelles, commerciales et des assurances vie ainsi que des compagnies d’assurance généralistes réalisant au moins 1 milliard de dollars par an de volume d’affaires nouvelles. 

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine