fireeye-predictions-cybercriminalite-2014

Selon une étude de PwC, 64 % de nos compatriotes seraient prêts à souscrire une cyber-assurance. Un indicateur qui descend à 52 %, s’agissant des entreprises.

A quelques jours du Forum International sur la Cyber-sécurité (FIC), le cabinet d’audit et de conseil PwC publie les résultats de son étude intitulée « Le marché de la cyber-assurance : la Révolution commence maintenant ». Où l’on apprend que  moins de 5 % des entreprises françaises  et seulement 6 % des particuliers ont souscrit une cyber-assurance en 2015.

Réalisée en synergie avec l’Ifop en septembre 2015, cette enquête révèle différents enseignements. Ainsi, les grandes entreprises, et notamment celles de l’industrie, ont pris conscience des cyber-risques qu’elles encourent ; les TPE-PME sous-évaluent encore leur exposition à ces nouveaux risques. Conscients d’être exposés à la cybercriminalité, les Français ignorent encore largement l’existence des offres de cyber-assurance.

Plus précisément, 64 % des Français et 52 % des entreprises interrogées se disent prêts à souscrire ce nouveau type d’assurance dans le but avant tout de protéger leurs données confidentielles.

Si les Français mesurent bien l’ampleur des cyber-risques, ceux-ci sont encore largement sous-estimés par les TPE-PME françaises

L’étude PwC-Ifop montre également que seuls 17 % des chefs d’entreprise interrogés (toute taille d’entreprise confondue) se sentent exposés au risque de cybercriminalité. Pire, ils ne sont que 14 % dans les entreprises de moins de 200.000 euros de chiffre d’affaires mais 29 % dans les entreprises dépassant le seuil du million d’euros de CA. En revanche, 60 % des Français interrogés affirment, être exposés au risque de cybercriminalité.

Les grands groupes du secteur industriel et des services financiers démontrent une prise de conscience prononcée vis-à-vis de ces risques qu’ils rencontrent fréquemment – respectivement 32 % et 21 % des répondants de ces deux secteurs affirment se sentir exposés au risque.

Commentant ces résultats,  Guy-Philippe Goldstein, Senior Analyst au Cyber-Desk de Wikistrat  et co-auteur de l’étude a déclaré : « les entreprises du secteur de l’industrie, qui ont une culture du risque, se sentent aujourd’hui les plus exposées. Elles ont bien perçu une évolution récente : après les services financiers, le secteur industriel est désormais menacé par le risque de cybercriminalité, y compris sur ses systèmes de contrôle industriel. »

Par ailleurs, si les souscriptions à une police de cyber-assurance sont à peine plus nombreuses chez les particuliers (6 %), ceux-ci se montrent plus sensibles aux cyber-risques (60 % des Français affirment y être exposés). Il s’agit particulièrement des moins de 35 ans résidant en région parisienne.

Autres enseignements, 62 % de dirigeants d’entreprise et 88 % de particuliers reconnaissent pourtant que le risque de cybercriminalité va augmenter au cours des deux prochaines années et de manière importante pour respectivement 28 % et 43 % d’entre eux. Les grandes entreprises anticipent le plus cette dynamique : 81 % des structures de plus de 250 collaborateurs s’attendent à une augmentation des cyber-risques, contre seulement 62% des TPE-PME de moins de 10 salariés.

Par ailleurs, confrontés à la montée en puissance des risques de fraudes et d’intrusions sur Internet, 64 % des Français et 52 % des entreprises interrogées se disent aujourd’hui prêts à souscrire à une police de cyber-assurance.

En outre, les dirigeants interrogés s’accordent sur l’importance que revêt la couverture par une assurance des risques associés aux données confidentielles et stratégiques de leur entreprise. 89 % d’entre eux jugent qu’il est important de s’assurer pour protéger les accès aux comptes et moyens bancaires de l’entreprise et 69 % jugent même cela primordial.  82 % pensent qu’il est important de s’assurer contre le risque d’usurpation d’identité sur Internet (c’est primordial pour 52% d’entre eux). Et 78 % des répondants jugent qu’il est important de s’assurer pour protéger l’e-réputation de son entreprise.

Qu’en est-il chez les particuliers ? La protection des accès à leurs comptes bancaires et moyens de paiement arrive également en tête des risques contre lesquels il est important de s’assurer (97 % le juge important), devant le risque d’usurpation d’identité sur internet (95 % ) et la protection des données personnelles des enfants ou membres de la famille (91 %).

En outre, 51% dont de nombreux dirigeants de TPE-PME n’ont pas souscrit d’offre de cyber-assurance pour leur entreprise, car ils n’en n’ont pas ressenti le besoin et estiment le risque encore trop faible pour engager une dépense de ce type. Autre raison selon PwC, la faible notoriété des offres de cyber-assurance : 39 % des dirigeants d’entreprise affirment ne pas avoir souscrit à ce type d’offre car cela ne leur est pas venu à l’esprit.

Les offres de cyber-assurance souffrent d’un manque de notoriété encore plus grand auprès des particuliers : 44 % des Français interrogés expliquent ne pas avoir pensé à souscrire à une police d’assurance « cyber ».

Enfin, l’étude révèle qu’une minorité d’entreprises sondées s’est déjà vue proposer une offre « cyber » par leur assureur : seulement 33 % des dirigeants d’entreprise disent avoir été contactés au sujet d’une solution de cyber-assurance. Idem pour les particuliers ;  ils sont 84 % à affirmer n’avoir jamais été contactés par leur assureur pour se voir proposer des produits de cyber-assurance.

Méthodologie

L’étude « Le marché de la cyber-assurance : la Révolution commence maintenant » analyse les résultats de l’enquête réalisée par l’Ifop pour PwC entre le 17 août et le 7 septembre 2015. 401 dirigeants d’entreprises ont été interviewés par téléphone sur leur lieu de travail et 1006 particuliers français ont été interrogés par voie de questionnaire auto-administré en ligne.

Emmanuel Mayega
A propos de l'auteur

Rédacteur en chef du magazine Assurance & Banque 2.0, Emmanuel a une connaissance accrue de l’intégration des technologies dans l’assurance, la banque et la santé. Ancien rédacteur en chef adjoint d’Assurance & Informatique Magazine, il est un observateur affûté du secteur. Critique, il se définit comme esprit indépendant et provocateur, s’il le faut.

Site web : http://www.assurbanque20.fr

Twitter LinkedIn Google+

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine