Apple Watch

A l’heure où les lignes de production du géant de Cupertino se préparent à déverser sur le monde des millions de montres connectées, les banques vont entrer dans la danse. Mais comment dépasser le simple effet d’annonce et créer les usages de la banque de demain ?

 

Concept d’application Apple Watch pour la banque ChaseSource

Concept d’application Apple Watch pour la banque ChaseSource

Il est certain que les banques françaises sont d’ores et déjà en train de s’intéresser au prochain produit d’Apple. Les départements Innovation, remplissant ainsi leur rôle de défrichage des nouveaux usages, ont pour la plupart déjà lancé des études, voire des démonstrateurs, pour tester les autres montres connectées (sous Android Wear) et ont épluché le WatchKit révélé en Novembre dernier par Apple afin de poser les bases de l’élargissement de leur stratégie de moyens sur le digital.

HelloBank le premier à se positionner

Dès septembre dernier, HelloBank annonçait la sortie de la déclinaison Smartwatch de son application Android. Au menu pour le client de la banque en ligne possédant une smartwatch Android Wear, visualisation de la météo du compte, du solde et des 3 dernières opérations, ainsi que possibilité de contacter son conseiller. Si on peut louer la rapidité d’exécution des équipes de BNP Paribas pour être prêtes à sortir le produit rapidement, on restera en revanche sur sa faim quant à l’adéquation des usages proposés avec les spécificités de l’appareil, tant cette application est une simple réplique de l’application mobile existante. La course est lancée pour connaître le nom de la banque qui sera la première sur l’App Store de la montre d’Apple.

De nouvelles possibilités en matière d’IHM

Apple a prévenu que les équipes chargées de valider la publication des applications sur le store seraient particulièrement regardantes sur la continuité de l’expérience Apple Watch. Les équipes ayant eu à faire aux facéties du processus parfois mystérieux de validation des applications par Cupertino savent les écueils qu’ils pourront rencontrer s’ils ne se plient pas aux directives.

Comme cela n’avait plus été le cas depuis l’iPad, Apple semble avoir réussi à introduire des nouveautés en matière d’interface Homme-Machine dans son nouveau périphérique, et les applications bancaires devront s’y adapter afin de proposer une expérience en ligne avec les standards. Voici les principales nouveautés :

La Digital Crown : cette petite roue se veut centrale dans le mode d’interaction avec l’appareil. Outre le clin d’œil aux montres classiques, il permet d’interagir avec les menus sans obstruer l’écran avec son index, utile avec un écran de taille réduite.

Commande vocale : Siri sera inclus nativement dans l’Apple Watch et va permettre une interaction plus rapide. A voir comment les banques pourront concilier ce mode d’interaction avec la nécessaire discrétion requise pour les données financières.

Le Taptic Engine : un terme certes pompeux pour désigner la capacité de la montre à vibrer, il reste néanmoins que la montre permet d’émettre des notifications qui varient en termes d’intensité et donc de revêtir un caractère discret, ce qui peut justement constituer un moyen intéressant pour une banque d’interagir. Au-delà, les banquiers devront garder en mémoire de ne pas être source de trop de dérangement sur un média aussi intime, sous peine de voir leurs applications aussitôt désinstallées par des utilisateurs sursollicités et surnotifiés.

Une chance pour apporter une réelle valeur d’usage à leurs clients ?

Certains usages, comme la consultation des opérations, ne semblent pas apporter de valeur par rapport à l’application mobile. En revanche, on imagine très bien de déporter sur les montres les fonctionnalités de validation des paiements Internet, comme par exemple le Pass Sécurité de Société Générale. Une fois les informations de carte de crédit renseignées sur un formulaire Web, une notification inviterait l’utilisateur à valider l’opération directement sur sa montre.

pass-securite-societegenerale

Fonctionnement du pass sécurité Société Générale

Une autre piste intéressante afin de dépasser le simple effet gadget est de considérer les montres connectées comme un vecteur de conseils liés à la gestion des finances personnelles.

Aux Etats-Unis, c’est le chemin que semble avoir choisi Moven pour son application SmartWatch (disponible pour Android Wear). La montre est considérée comme un compagnon de gestion des finances. Chaque dépense donne lieu à une notification en temps réel, et comme le PFM est intégré, il est possible de recevoir une alerte quand une dépense fait exploser le budget que vous consacrez habituellement à un poste de dépenses.

Si le succès de l’Apple Watch est au rendez-vous, il y a fort à parier que les banques devront s’y implanter pour prolonger la relation client. Pour autant, ne nous trompons pas de bataille, ici le challenge à relever porte bien plus sur la qualité de l’expérience utilisateur que sur la capacité technique ou la rapidité à développer une application pour être le premier à surfer sur le buzz que génère la sortie de tout nouveau produit Apple.

logo-lab-sqliCet article vous est proposé en partenariat avec Le Lab SQLI
Entité de prospective et d’expérimentation composée d’experts de la technologie, de l’innovation et du marketing, le Lab SQLI  explore invente et teste le futur pour ses clients .

Benjamin Thomas
A propos de l'auteur

Consultant au sein du Lab Innovation du Groupe SQLI, Benjamin accompagne les acteurs de la Banque et de l’Assurance dans leurs démarches d’innovation. Il a notamment participé à la la création du concept “Augmented Banking” qu’il a présenté au salon Finovate Europe en février 2014.

Site web : http://lelab.sqli.com

Twitter LinkedIn

Newsletter

Vous n'avez pas le temps suivre l'actualité ? Découvrez nos newsletters gratuites, quotidiennes ou hebdomadaires.

Inscription Newsletter


Le Mensuel

Chaque mois, un regard éclairé et sans concession sur l'actualité de l'Assurance, de la Banque et des Services Financiers.

Découvrir le magazine